Pascal Berrest : Le DTN qui rame en hauteur

31 juillet 2016
300 Vues
4 Comments

L’affaire #Ouaiche continue d’alimenter les débats et après l’offensive médiatique du président de la fédération Christian Palierne et de son directeur Technique National Pascal Berrest, le milieu pongiste aurait pensé à un certain instant d’apaisement. Visiblement, ce n’était pas le souhait du DTN qui a prolongé sa sortie médiatique et ses invectives dans les colonnes du quotidien Ouest-France (papier). Le directeur Technique National revient notamment sur la non-sélection de Stéphane Ouaiche et le mouvement de contestation matérialisé autour d’une pétition qui va atteindre les 3000 soutiens. Si les arguments de Pascal Berrest ne semblent satisfaire que sa parole et la politique fédérale actuelle, ils n’en restent pas moins acides pour toutes les composantes de PING allant du simple bénévole, aux licenciés, arbitres, entraîneurs, éducateurs, clubs et joueurs de haut niveau qui voient dans sa sortie médiatique un nouvel affront. Décryptage de l’interview de Pascal Berrest, le DTN qui rame en hauteur.

Pascal Berrest : « Ma culture n’est pas tout le monde à l’INSEP et en dehors pas de salut »

Pascal Berrest

Pascal Berrest

La communication fédérale s’est faite spécialiste de la désinformation et le démontre une nouvelle fois par la sortie médiatique de Pascal Berrest. Interrogé par Julien SOYER sur la non-sélection de Stéphane Ouaiche aux Jeux Olympiques, le DTN prend une position très éloignée de ses dernières décisions en affirmant de manière subtile qu’un sportif peut réussir en dehors du cadre de l’INSEP : « Je viens d’un sport (l’aviron) où l’on pouvait venir de n’importe quelle ville de France et être sélectionné aux Jeux. Ma culture n’est pas tout le monde à l’INSEP et en dehors pas de salut. » Une étrange déclaration quand on analyse la composition de l’équipe de France sélectionnée pour les JO avec 3 joueurs qui s’entraînent à l’INSEP sur 4.

Si Pascal Berrest aime à rappeler le mérite sportif, « On a pris Ouaiche sur d’autres championnats. S’il est bon, le sportif sera pris« , ses propos sont une nouvelle fois contredits par des faits avérés. Stéphane Ouaiche n’a pas été sélectionné aux derniers championnats du monde alors qu’il méritait amplement sa place par rapport à d’autres sélectionnés. Pascal Berrest oublie certainement la sélection gratuite de Tristan Flore aux championnats d’Europe 2015 qui n’était absolument pas fondée sur le sportif. Il oublie également qu’un an plus tôt toujours aux Europe, la non-qualification d’un autre sportif en la personne de Jérémy PETIOT et également licencié au PPC Villeneuve avait créé un début de polémique. Le joueur du PPCV avait atteint la finale du tournoi de qualification en ne s’inclinant qu’en finale face à un certain Stéphane OUAICHE. Abdel-Kader Salifou lui avait été préféré alors qu’il avait perdu juste après la phase de poule. Comment croire les paroles du DTN quand il explique que le sportif sera toujours l’élément prioritaire de décision ? Comment le croire quand l’histoire lui rappelle ses décisions contradictoires et contestées ?

Pascal Berrest : « Des contestations émergent toujours en période de sélections Olympiques »

Pascal Berrest

Pascal Berrest – Crédit photo : FFTT

Droit dans ses bottes et sûr de ses propos, le DTN renchérit : « Des contestations émergent toujours en période de sélections Olympiques. Le ton et la forme employés par les personnes qui ne sont pas d’accord me surprennent. On est à la limite de la diffamation, de la manipulation et du mensonge. Il faut s’informer du processus de sélection, qui est en l’occurrence, indiscutable. Au même titre que les choix effectués« . Si ses propos n’appartiennent qu’à lui, Pascal Berrest est aussi un fin stratège au jeu de la victimisation. On se souvient des propos renvoyés à Michel Gadal où il empruntait les mêmes termes à quelques choses près. « Manipulation, désinformation, victimisation, insultes à peine voilées ». Un discours finalement bien rodé auquel nous avons également eu à faire mais cette fois par voie juridique.

Pascal Berrest connaît les rouages médiatiques sur le bout des doigts. Rappelons qu’il a vécu deux Olympiades en qualité de DTN au sein de la fédération d’Aviron. Une deuxième Olympiade notamment ponctuée par une disette de résultats sous couvert de problèmes de communication entre l’encadrement fédéral et les rameurs comme le rapporte le site l’Express. Pascal Berrest avait dû également démêler l’épineux dossier entre les tricolores et les anglais qui les avait privés de médaille de bronze aux Jeux Olympiques.

Pascal Berrest : « Il ne faut pas oublier aussi que l’on emmène cinq titulaires »

Le DTN n’en démord pas et persiste dans sa quête d’irréprochabilité. Comme nous l’avons largement expliqué il y a quelques jours, les critères de sélections étaient bien connus d’avance mais avec des variables différentes selon la lecture souhaitée. Si Pascal Berrest souligne le processus de qualification indiscutable, il n’en reste pas moins contestable à cause de nombreux manquements.

On l’expliquait un peu plus haut, il maîtrise l’art de la désinformation organisée. En témoigne sa déclaration hors de propos juste après ceux des critères de sélection. « Il ne faut pas oublier aussi que l’on emmène cinq titulaires alors qu’il y en avait qu’un seul à Londres (Mattentet)« . Quelle est la meilleure technique pour ne pas approfondir et justifier un cas particulier ? Changer de sujet bien évidemment…

Si il se plaît à penser qu’il y aura cinq titulaires envoyés à RIO alors qu’il expliquait dans un communiqué de presse publié 7 jours plus tôt sur le site fédéral qu’il emmènerait 4 joueurs dont 1 réserviste (Benjamin Brossier), force est de constater que Pascal Berrest ne doit pas bien connaître les règles de qualification. Elles expliquent que seuls 4 joueurs pourront être qualifiés et non 5. Nous mettrons bien évidemment cette erreur sous le sceau de la perte de mémoire.. Cela arrive à tout le monde et même à un DTN. A moins qu’il pensait à Stéphane Ouaiche en tant qu’éventuel remplaçant du remplaçant…

Pascal Berrest : « Prenons de la hauteur »

Pascal Berrest

Pascal Berrest – Crédit photo : FFTT

Fidèle à sa ligne directrice entrelacée de désinformations et de propos hors contextes, Pascal Berrest prend également à parti la pétition en soutien à Stéphane Ouaiche. Il a déclaré : « Au congrès de la Fédération, ils étaient 500 congressistes. Deux m’ont posé des questions. Christian Palierne et son équipe ont récolté 100% des votes. 2500 personnes (en réalité près de 3000 ont signé la pétition), un peu critiques sur une fédération réunissant 200000 licenciés. Prenons de la hauteur. » Si il y a tant à dire sur les propos de Pascal Berrest qui résument à eux seuls la stratégie de destruction et de déstabilisation de l’ensemble des composantes pongistes tricolores, le DTN a raison sur un point. Deux personnes lui ont posé des questions. Toutefois, il serait bon de préciser qu’elles sont intervenues en fin de séance quand justement les esprits sont plus propices au départ qu’au dialogue de fond.

Si ce n’était qu’un détail cosmétique, l’argumentaire hors contexte du DTN est quant à lui bien plus critiquable. Comment Pascal Berrest peut-il s’appuyer sur le congrès de la fédération et de ses 500 participants pour justifier sa décision de ne pas sélectionner Stéphane Ouaiche ? Il doit bien le savoir mais le point culminant de l’assemblée générale de la fédération était bien le vote du nouveau mode de gouvernance de la fédération et non le cas #OUAICHE. Pour appuyer ses dires, il renchérit en minimisant la pétition aux 3000 soutiens. Au delà de la considération nauséabonde qu’il porte à cette action, Pascal Berrest en profite au passage pour dénigrer les pongistes, arbitres, présidents de clubs et autres bénévoles qui ont souhaité partager leur mécontentement et de surcroît publiquement.

Pascal Berrest connait-il vraiment le milieu du tennis de table Français ?

Pascal Berrest

Pascal Berrest – Crédit photo : FFTT

Le DTN explique en réalité que le mouvement de contestation ne représente rien par rapport aux 200000 licenciés de la fédération. Si il n’a pas tort dans les proportions exposées, Pascal Berrest démontre une nouvelle fois sa non-connaissance du milieu. Peut-être ne savait-il pas que parmi ces 200000 licenciés, seulement 20000 à 30000 d’entre eux s’intéressent vraiment à l’actualité et l’avenir du tennis de table. Si ce constat basé sur nos statistiques croisées à nos enquêtes terrain et bien sûr via notre expérience de plus de 15 ans dans le milieu est regrettable, il n’en reste pas moins très proche de la réalité. Quelques 70% / 80% des pongistes ne possèdent aucune culture de la discipline que ça soit d’un point de vue historique ou tout simplement sportive. Un simple test dans votre club devrait facilement vous apporter une preuve complémentaire. Ce n’est donc pas 1,5% du panel pongiste qui s’est soulevé à travers la pétition mais entre 10% et 15%. Comment on peut représenter l’ensemble des pongistes quand on n’écoute pas 10% à 15% d’entre eux ? Un engouement matérialisé sous forme de « pétition » qui devrait d’ailleurs continuer à croître et terminer prochainement sur le bureau du ministère des sports.

Pascal Berrest : « A ce moment-là, on ne sait pas combien on va avoir de joueurs aux TQO »

L’article de Julien Soyer se termine en apothéose avec des propos toujours tendancieux de Pascal Berrest où il justifie d’ailleurs une nouvelle fois sa bonne action liée aux critères de sélection. « Quand on écrit ça, on est en septembre 2015. A ce moment-là, on ne sait pas combien on va avoir de joueurs aux TQO ? On a écrit un document avec des choses très précises sur le TQO. Le document sur les critères de sélection est un canevas général dans lequel tu prévois ce qui est prévisible et tu essaies de t’ouvrir des marges pour ce qui est prévisible. » Des propos toujours tournés en forme de non sens. Comment le DTN peut écrire un document sur le TQO avec selon ses dires « des choses très précises dessus » sans connaître le fondement essentiel de la compétition à savoir le nombre de joueurs qualifiés ?

Un manque de rigueur certain qui laisse surtout planer le spectre de la confusion et de l’arrangement dans l’urgence. Finalement, le double titre de Stéphane OUAICHE semblait seulement imprévisible aux yeux de Pascal Berrest et de la fédération, à l’inverse des milliers pongistes bien plus connaisseurs. Qui aurait pu se douter d’un tel scénario en cas de non-sélection ? Une affaire, un tour de force, qui marquera incontestablement l’histoire du tennis de table français avec les conséquences qui vont de pair.

Quel avenir pour le tennis de table français ?

Quel avenir pour le tennis de table Français ?

Prenons de la hauteur sans Pascal Berrest

Pascal Berrest a longtemps ramé au sein de la fédération française d’Aviron avant de rejoindre celle de Tennis de table en 2013. Si ses choix actuels ne découlent ni plus moins que de la politique fédérale décidée par Christian Palierne, force est de constater qu’ils cristallisent à eux seuls les maux du PING Tricolore. Nous espérons que les protagonistes sauront bien conserver les pieds sur terre pendant cette année Olympique et post-élection fédérale, au risque d’entraîner la discipline dans des profondeurs abyssales sans retour.  En attendant, une chose est certaine, Pascal Berrest continuera à ramer en hauteur.


L’article publié dans Ouest-France en date du 24 mai 2016

Article publié dans le quotidien Ouest France

Article publié dans le quotidien Ouest France

DONIC Homepage Fixed Second – 1250 x 583
DONIC Homepage Fixed – 1250 x 583

4 Responses

  1. Encore une fois pourquoi s’acharner sur le DTN. Il n’est pas tout seul à travailler sur le haut niveau.
    Les sélectionneurs ce sont bien les entraîneurs nationaux !
    Ce sont également les entraîneurs nationaux qui ont participé à l’élaboration des procédures de sélection.
    Pourquoi donc personne ne semble les remettre en cause.
    C’est plutôt étrange. Merci de m’expliquer.

    Répondre
    • Ce n’est pas acharnement contre Pascal Berrest mais force est de constater que c’est le seul « Technique » (pour le moment) a se prononcer sur l’affaire #OUAICHE. Les entraîneurs nationaux sont effectivement au coeur du système mais la décision finale reste tout de même au DTN. Est-ce-Patrick Chila a sa part de sa responsabilité ? Très certainement. On reviendra d’ailleurs sur ce sujet prochainement 😉

      Répondre

Réagir en commentaire

Le deal du moment :

30% de remise
Bois GEWO Zoom Balance All+ [-30%]
GEWO Zoom Balance ALL+ combine des plis bois haut de gamme (Kiri, Ayous, Koto) avec 2 plis high tech en Texalium.
Voir le deal
39 Partages
Partagez37
Tweetez2