Olivier JANOT : « La fédération nous a pris pour des imbéciles »

26 septembre 2017

La saison de PRO 2017-2018 débute aujourd’hui dans les salles françaises. Si les équipes ont fait le plein dans les poules de PROA et PROB Messieurs (10 sur 10 autorisées), le constat est différent chez les Dames. La PROA Dames va démarrer avec 8 équipes et la PROB avec sept. Une autre surprise est venue agrémenter cette statistique, l’absence du club Mayenne qui évoluait jusque-là en PROA Dames.

L’équipe féminine du Mayenne Tennis de Table n’évolue plus en PRO

De gauche à droite : Laura GASNIER, Li SAMSON, Gabriela FEHER, Zenqi BARTHEL-APOLONIA | Mayenne TT

De gauche à droite : Laura GASNIER, Li SAMSON, Gabriela FEHER, Zenqi BARTHEL-APOLONIA | Mayenne TT

Il n’apparaît plus à aucun échelon. Nous avons contacté, Olivier JANOT, le président du club pour en savoir plus. Pourquoi l’équipe féminine a disparu du plus haut niveau du PING féminin ? Quelles sont les conséquences de cette absence pour le club ? Nous vous proposons de découvrir notre interview exclusive du président. Aujourd’hui ouvertement en conflit avec la fédération, il lâche ses vérités sans filtre. Une histoire rocambolesque qui prend aujourd’hui un virage juridique. Entretien avec Olivier JANOT, président du club de Mayenne.

Olivier JANOT, président du CA Mayenne | lecourrierdelamayenne.fr

Olivier JANOT, président du CA Mayenne | lecourrierdelamayenne.fr

Bonjour Olivier. L’équipe féminine du Mayenne TT est absente de la PROA et PROB Féminine alors qu’elle évoluait l’année dernière au plus haut niveau. Pourrais-tu expliquer la situation et les raisons de cette absence ?

Bonjour Dragan. Oui bien-sûr. Au début de la saison 2016-2017, le règlement de la fédération stipulait que le dernier de PROA Féminine descendrait en PROB. Il n’y aurait également qu’une seule montée de PROB à l’échelon supérieur. Jusque-là aucun problème sauf qu’en janvier 2017, tous les présidents de PROAD ont reçu une circulaire indiquant un changement de règlement. Les équipes de 1 à 7 resteraient en PROA pour la saison 2017-2018 tandis que la 8ème descendrait à l’échelon inférieur. La problématique est liée à ce sujet car il n’y avait plus 8 équipes dans la poule mais 7; Miramas s’étant désisté en début de saison. De surcroît, Mayenne a terminé la saison à la 7ème place.

Ce qui m’a interpellé, c’est qu’entre le mois de septembre quand a démarré le championnat et début janvier où on a reçu cette circulaire, il s’est passé 4 ou 5 mois. Je n’ai pas compris pourquoi la fédération n’a pas revu son règlement, c’est cela qui m’a un peu choqué. Je me suis demandé par qui on était gouverné.  

Kevin Hego, l’entraîneur du club de Mayenne, Stéphane Hauzeray, vice-président, Loïc Piron, secrétaire, et Olivier Janot, président. | Ouest-France

Kevin Hego, l’entraîneur du club de Mayenne, Stéphane Hauzeray, vice-président, Loïc Piron, secrétaire, et Olivier Janot, président. | Ouest-France

Olivier JANOT : « Le CNOSF a validé notre réintégration en PROA pour la saison 2017-2018 »

Que s’est-il passé ensuite ? Tu as contacté la fédération ? 

On est en Janvier 2017, je contacte évidemment fédération. J’ai appelé et envoyé plusieurs emails et j’ai reçu quelques réponses mais tardivement. Entre les, « nous ne savons pas comment nous allons faire », des discussions sans réelles solutions, du blabla quoi, j’ai compris à ce moment là que mes interlocuteurs étaient dans l’embarras mais surtout qu’ils avaient déjà pris leur décision. Ils savaient bien qu’ils allaient repêcher le deuxième de PROB et c’était d’ailleurs exactement le contenu de mon dernier email.

J’ai enfin eu réponse définitive tardivement de la part de la fédé qui m’a certifié que la 7ème équipe allait descendre et qu’ils voulaient faire une PROD 1 pour la saison suivante. On approchait alors de la fin de la saison. Ma question était alors simple. Comment allait faire la fédération pour avoir 8 équipes dans le championnat la saison prochaine sachant que le règlement imposait qu’une seule montée de PROB ? J’attend toujours la réponse. 

Pour moi la 8ème équipe qui évoluerait en PROA la saison suivante, il n’y avait pas 36 solutions pour la trouver. Il fallait une deuxième montée de PROB étant donné que la fédé ne souhaitaient pas nous conserver estimant que le dernier devait descendre bien que nous ayons terminé 7ème sur 8, Miramas s’étant désisté. Après avoir contacté les clubs de PROB, Saint-Denis n’était pas intéressé, Quimper aussi. La seule chose qui arrangerait la fédération serait que Saint-Pierraise finisse deuxième de PROB. De cette manière,  la fédération leur proposerait le repêchage. C’est d’ailleurs exactement ce qu’il s’est passé. La fédération ne me l’a jamais dit ni par email ou par voie orale. Ma déduction s’est pourtant avérée bien réelle..

Kévin Hego (entraîneur) et Olivier Janot (président) | lecourrierdelamayenne.fr

Kévin Hego (entraîneur) et Olivier Janot (président) | lecourrierdelamayenne.fr

Quelles actions as-tu entrepris pour te défendre ? Quels outils le club avaient à sa disposition pour se faire entendre ? 

Tout d’abord, il faut savoir que j’ai été mis au courant sur facebook que Saint-Pierraise avait reçu un courrier de la fédération. Le club avait publié un message annonçant leur montée en PROA Dames pour la saison 2017-2018. Suite à cela, j’ai été voir un avocat et on a mis en place les procédures pour aller défendre nos intérêts devant le CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français).

On a été convoqué de mémoire fin juin. Il y avait deux personnes de la fédération, Kévin Hégo, le coach du club, le président du CNOSF et moi même. A savoir que le CNOSF n’est pas une instance qui tranche mais qui donne un avis. Quelques jours plus tard, on a reçu le délibéré du CNOSF qui a expliqué clairement que la fédération devait nous réintégrer en PROA pour la saison suivante. Suite à cette décision, la fédération avait quinze jours pour accepter ou refuser. A ma grande surprise, elle a refusé de suivre l’avis du CNOSF en expliquant qu’elle n’était pas d’accord avec leur décision.

Olivier JANOT : « Je ne pensais pas que la fédération allait refuser l’avis positif du CNOSF »

Le dossier est désormais fermé où il existe encore des solutions pour faire entendre ta voix ?

On est convaincu d’avoir été victime d’une injustice. On a donc décidé avec mon avocat de poursuivre par voie judiciaire en envoyant le dossier devant le tribunal administratif de Paris. On se réserve également le droit d’aller devant le TAS à Lausanne mais pour le moment, on se concentre sur le tribunal administratif. Une chose à la fois.

CNOSF : Comité National Olympique et Sportif Français

CNOSF : Comité National Olympique et Sportif Français

Le comble de cette histoire, c’est que tu avais déjà préparé la nouvelle saison avec les joueuses ?

Effectivement. En fait, je ne pensais pas que la fédération allait refuser l’avis positif du CNOSF. De cette hypothèse et en attendant la réponse définitive, j’ai continué à travailler sur la composition de l’équipe pour la saison prochaine. J’avais d’ailleurs complété l’équipe avec trois nouvelles joueuses. Quand j’ai reçu la réponse négative de la fédération, j’ai compris qu’il serait difficile d’évoluer en PROA pour la saison 2017-2018. Non pas par le niveau de l’équipe mais d’un point de vue « calendrier ». Il nous serait impossible d’être prêt pour la rentrée tout en faisait changer d’avis l’instance fédérale. Je rappelle que nous sommes à ce moment au mois de juillet… J’ai donc rappeler les filles pour leur expliquer la situation, ce qu’elles ont très bien compris. Ce sont des filles intelligentes et honnêtes. Toutefois, c’est une situation que je ne souhaite à personne de vivre. Autant de leur côté que du mien en tant que président, cela n’a pas été évident à gérer. 

Olivier JANOT : « On va perdre entre 85000 et 100000€ de subvention »

Pourquoi Mayenne n’est pas repartit en PROB où il n’y a d’ailleurs que 7 sept équipes ?

La fédération nous a envoyé le dossier de candidature comme si de rien n’était mais Mayenne est une équipe de PROA et j’avais composé l’équipe pour le niveau PROA. Le club est dans son droit de vouloir évoluer en PROA. De ce constat, je ne voyais pas l’équipe jouer en PROB. Les filles ne voulaient également pas évoluer en PROB tout comme le bureau du club qui avait voté non. Dans tous les cas, on était alors au moins de juillet et une saison sportive, ça se prépare bien avant. Il aurait été impossible de composer une équipe de PROB performante. L’envie n’était aussi plus au rendez-vous. 

Guide de la PROA et PROB 2017-2018

Guide de la PROA et PROB 2017-2018

Quelles sont les conséquences pour le club d’une absence de l’équipe fanion en PRO ?

Les conséquences sont dramatiques. On a plus d’équipe féminine. Aujourd’hui on va perdre entre 85000 et 100000€ de subvention. Ces mêmes subventions qui permettaient au club d’assurer le fonctionnement de l’équipe PRO mais aussi de faire vivre la section amateur. La perte de l’équipe PRO Féminine va également avoir des conséquences sur nos sponsors qui vont réduire leur dotation. A titre d’exemple, notre principal partenaire va réduire sa dotation par 5. On espère toutefois que l’on n’aura pas trop de conséquences derrière avec la perte de licenciés. D’un point de vue financier, on a toujours bien su gérer le budget et le club va continuer à tourner même si il va falloir faire encore plus attention.

En cette rentrée 2017, comment se porte l’effectif du club ? 

On va conserver Kévin Hégo, notre entraineur salarié à temps complet. On souhaitait absolument le garder. Aujourd’hui, on a une équipe de garçons N3, R1, R3 et d’autres en départemental. On a au total 9 équipes garçons.

Kévin Hego (entraîneur) et Olivier Janot (président) | lecourrierdelamayenne.fr

Kévin Hego (entraîneur) et Olivier Janot (président) | lecourrierdelamayenne.fr

Olivier JANOT : « On est des bâtisseurs et des passionnés »

C’est un sentiment d’incompréhension mais aussi d’injustice qui touche le club ? 

Ce qui m’embête dans cette affaire,  c’est que la fédération nous a pris pour des imbéciles. Elle a du se dire : C’est Mayenne, ils vont accepter la décision et ils ne vont rien dire. Non, non, non ! J’ai l’impression qu’il y a du lobbying fait derrière. Quelques personnes ont du agir en coulisse pour ne pas que l’on soit en PROA pour la saison 2017-2018. Je tiens d’ailleurs à remercier les clubs de PROA qui nous ont apporté leur soutien. Ils se reconnaîtront. 

Quelle est la suite de cette affaire rocambolesque ?

Aujourd’hui, il est certain que le préjudice est important. On a lancé une procédure devant le tribunal administratif pour obtenir une réparation. Le CNOSF n’est qu’une instance de conciliation mais elle nous a quand même donné raison. Le CNOSF, ce n’est pas rien. Ils est aussi partenaire de la fédération française de tennis de table. On est dans notre bon droit et on tient a ce que justice soit faite. Le tribunal administratif va décider de tout cela. On a demandé une indemnisation à la hauteur du préjudice reçu.   

De gauche à droite : Laura GASNIER, Li SAMSON, Gabriela FEHER, Zenqi BARTHEL-APOLONIA | Mayenne TT

De gauche à droite : Laura GASNIER, Li SAMSON, Gabriela FEHER, Zenqi BARTHEL-APOLONIA | Mayenne TT

Quelle est la suite pour le club ?

On va repartir en bas de l’échelle. On va tout faire pour créer une équipe fille qui va redémarrer en départemental. Il y a quelques petites qui viennent au club et qui ont du potentiel. On a déjà connu ça à l’époque avec Anaïs Lévêque avec qui on avait démarré tout en bas. C’est aussi ça le PING. On est des bâtisseurs et des passionnés. On ne baisse pas les bras. On est là aussi pour les gamins du club. J’ai tout de même la boule au ventre que mon club ai subi une telle injustice. Je ne me suis pas engagé comme président pour vivre ce genre de choses. Malgré tout, je retiens le positif. Je retiens ces bons moments de partage avec les filles de l’équipe PRO. On avait tous de très bonnes relations et même avec les anciennes. Ca va me manquer. 

Merci pour ce témoignage Olivier
Merci Dragan

DONIC Homepage Fixed Second – 1250 x 583
DONIC Homepage Fixed – 1250 x 583

Le deal du moment :

30% de remise
Revêtement GEWO HYPE XT PRO 50.0 [-30%]
Le produit premium de la série GEWO Hype - Vitesse ultime pour une nouvelle dimension ! La technologie FLEX -TECH fournit pour une précision maximale dans toute situation d'attaque, tandis que le système DGC40 + garantie l'adhérence maximale.
Voir le deal
89 Partages
Partagez89
Tweetez