Michel Martinez : « Il faut que la nouvelle génération respecte plus les gens » [Interview #P2/2]

3 avril 2016
303 Vues

Après avoir découvert l’homme Michel Martinez tout en ayant retracé une partie de sa carrière, nous allons tenter de découvrir dans cette deuxième partie d’interview, qui se cache derrière l’international français. Quel regard porte-t-il sur sa carrière en bleu et la nouvelle génération en place ? Nous tenterons également de comprendre la relation intime qui le lie à son sport. Quelles sont ses plus belles émotions sportives et quelles sont ses références pongistes préférées ? Enfin, de quoi sera fait son avenir, lui qui va quitter le club de l’ACCB en fin de saison ? A-t-il trouvé un point de chute ? Découvrez la deuxième et dernière partie de notre entretien avec Michel Martinez, le pongiste expérimenté qui n’a pas dit son dernier mot :

Michel Martinez : « Ma carrière a juste été tronquée à cause de ma blessure à la hanche »

Tu es de la génération des Sébastien Jover, Christophe Legout, Patrick Chila, Jean-Philippe Gatien, Cédric Mirault ou autre Damien Eloi. Si tu devais la comparer avec la génération d’aujourd’hui, qu’est ce que tu verrais comme différences ?
Il est vrai que la génération qui arrive semble forte mais je pense qu’elle n’est pas comparable à la nôtre. Personnellement à 19 ans pour gagner « l’unique place » qui restait dans l’équipe (les 4 premiers étaient dans les 20 premiers mondiaux, Gatien, Chila, Legout et Eloi), il fallait mettre derrière des joueurs tels que Mommesin, Marmurek, Châtelain, Lebrun, Varin, Phun et j’en oublie. Ces joueurs étaient tous dans les 100 premiers mondiaux et certains dans les 50. Après il est vrai que le niveau européen est plus dense aujourd’hui.

Michel Martinez - Crédit photo : Gilles Durand

Michel Martinez – Crédit photo : Gilles Durand

Tu n’as pas eu la carrière que tu méritais en équipe de France. Qu’est ce qu’il t’a manqué pour intégrer plus régulièrement l’EDF ?
Ma carrière a juste été tronquée à cause de ma blessure à la hanche. A 19 ans, j’étais 105 mondial. Elle a vraiment freiné ma progression. Ensuite de 2006 à 2010, je pense avoir mérité des sélections. J’étais entre N2 et N4 français. J’étais hors structure fédérale et cela a compromis mes chances.

Avec du recul, si tu devais changer quelque chose, tu aurais fait quoi ?
Avec le recul, en 2006, j’aurai dû mettre plus de pression à la fédération. Je n’ai jamais rien dis jusqu’à aujourd’hui. En 2009, j’ai été remplaçant aux Championnats du monde. Quand tu es hors structure fédérale, il est beaucoup plus compliqué d’avoir le soutien de sa fédération pour des raisons évidentes. Je ne vais pas rentrer dans les détails aujourd’hui. Depuis 20 ans, très peu de joueurs hors structure ont été sélectionnés. Les derniers sont Stéphane Ouaiche et Antoine Hachard. On peut juste constater qu’une personne est derrière eux. C’est Julien Girard. Il fait un super boulot à Villeneuve, avec des moyens bien moins important que la fédération. On a beaucoup échangé ensemble pour comprendre. Il voulait savoir comment cela s’était passé avec moi. Julien a su écouter, échanger même si des fois cela à dû être difficile et peu constructif. Cela a quand même fait avancer les choses et c’est tout en son honneur. C’est surtout au bénéfice de ses joueurs, toujours pour eux et non pour lui. La fédération n’a pas dû apprécier qu’une seule personne fasse mieux qu’une fédération avec des méthodes novatrices et surtout (ce qui est important à mes yeux) en mettant le côté humain en première ligne. La victoire aux France de Stéphane Ouaiche a tout changé et lui a donné une crédibilité plus forte ainsi qu’à tous ses joueurs. Bravo à Lui !!

Michel Martinez : « J’attends un projet qui me fasse vibrer »

Tu évolues à l’ACBB du moins jusqu’à la fin de la saison. Le club a annoncé début février devoir se séparer de son équipe professionnelle. Comment as-tu appris la décision ? Tu as déjà trouvé un nouveau point de chute en France ?
J’ai bien entendu été surpris et très déçu de cette nouvelle. En revanche, je leur avais déjà annoncé en décembre que je ne comptais pas poursuivre l’aventure avec eux. Ceci à cause d’un problème relationnel avec un membre important du club. Je n’en dirai pas plus ! Actuellement, je n’ai toujours pas trouvé de pointe chute. J’attends un projet qui me fasse vibrer. Il est vrai qu’encadrer une équipe de jeunes me tente pas mal. Actuellement 3 à 4 clubs se sont positionnés. Je prendrai une décision après les France je pense. Ce qui est dommage dans mes démarches, je remarque que les clubs sont plus intéressés par des étrangers à cause de leur fiscalité. Le côté performance et humain rentre moins en compte. Ce n’est pas facile à comprendre mais c’est la réalité.

Est-ce que tu vas te concentrer intégralement sur le championnat Belge où tu joues également ?
Actuellement, je me concentre sur ma fin de saison avec l’ACBB, aussi pour mon équipe Belge et bien sur les France.

Michel Martinez - Crédit photo : Gilles Durand

Michel Martinez – Crédit photo : Gilles Durand

Tu te vois continuer à jouer au PING pendant encore combien de temps ?
Si la santé me laisse tranquille et que le projet d’un club me convient, je prendrai naturellement du plaisir à jouer. Tant que cela dure, je ne me vois pas arrêter avant longtemps. Après, on n’est jamais à l’abri d’une opportunité que l’on ne peut refuser.

Quel est ta plus belle émotion en tant que pongiste ?
Je n’ai pas une émotion particulière qui me vient en tête. J’ai vécu des moments incroyables avec Istres et Angers. Le côté humain était énorme et je prenais mon pied. En double aussi avec Chris, Yannick Marrais et Cédric Mirault aussi. En Simple, les émotions sont différentes. Je les vivais surtout avec ma famille et mes proches. C’était toujours dans la retenue.

Michel Martinez : « Qu’il respecte plus les gens »

Quel est le joueur qui t’a le plus impressionné et pourquoi ?
Gatien. Sa vitesse, sa puissance et sa personnalité étaient impressionnantes.

Ton pronostic pour les Jeux Olympiques à RIO ?
Je ne vais surprendre personne, je vais dire Ma Long. C’est mon joueur préféré depuis des années. Il le mérite.

Si tu devais donner un conseil à la nouvelle génération de pongiste, qu’est-ce que tu leur dirais ?
Qu’il respecte plus les gens. Avec les téléphones aujourd’hui nous sommes dans un monde différent où le rapport humain est moins présent.

Carte blanche, le média est à toi. Tu partage ce que tu souhaites.
Merci à toutes les personnes qui me soutiennent de près ou de loin. Je fais encore mon possible pour retrouver mon niveau et je compte bien y parvenir dès l’année prochaine. Je sens du mieux depuis deux mois. Si cela pouvait arriver un peu en avance, aux Championnats de France par exemple, je ne dirai pas non !!! Merci à tous !!!!! A très vite. Mitch

Merci Mitch
Merci

Revoir la première partie de l’entretien : 

DONIC Homepage Fixed Second – 1250 x 583
DONIC Homepage Fixed – 1250 x 583

Réagir en commentaire

Le deal du moment :

26% de remise
Housse Giant Dragon rouge [-26%]
Housse rectangulaire rouge (2 compartiments).
Voir le deal
98 Partages
Partagez98
Tweetez