Les interrogations légitimes de l’affaire Berrest

4 juillet 2017

Le Tennis de Table Français est plongé au coeur d’une crise sans précédent. Le DTN a démissionné samedi dernier après avoir été condamné à 6 mois d’emprisonnement avec sursis.

Les interrogations du BerrestGATE

La fédération française a communiqué l’information aujourd’hui sur son site officiel tout en précisant que Bernard BOUSIGUE (DTN Adjoint chargé du Haut Niveau) assurerait l’intérim jusqu’à la nomination d’un nouveau DTN. Si le BerrestGATE a considérablement abîmé l’image de la fédération, l’affaire n’en reste pas pour autant terminée. De nombreuses interrogations restent en suspens et éveillent la curiosité.

 

Les horaires de travail de l’ex-DTN

Les révélations du BerrestGATE ont notamment mis en lumière le planning de l’ex-DTN. Le directeur de la piscine nous a confié qu’il était un habitué des lieux et pouvait venir jusqu’à deux fois par jour, le mercredi étant sa journée où il y passait le plus de temps. Le dirigeant a notamment pu comptabiliser grâce aux badges d’accès jusqu’à 10 passages sur une semaine. Un passage pouvait aller jusqu’à 3 heures.

Si la fonction de directeur technique national n’impose pas de quota d’heures comme le ferait un contrat de travail classique, force est de constater que la mission d’état confiée à Pascal BERREST lui laissait beaucoup de temps pour s’exercer à d’autres pratiques. Comment l’ex-DTN a-t-il pu passer autant de temps à la piscine de Montbauron sans que ses collaborateurs s’aperçoivent de son absence ? Comment est-il arrivé à ne pas éveiller les soupçons ? Des contacts l’ayant régulièrement croisé au siège fédéral nous ont confié connaître un DTN travailleur qui arrivait généralement très tôt le matin à son poste et même bien avant la majorité du personnel fédéral. Une image à l’opposé de celle renvoyée aujourd’hui..

Christian Palierne, président de la fédération française de tennis de table - Crédit : FFTT - Julien Crosnier

Christian PALIERNE, président de la fédération française de tennis de table | FFTT – Julien Crosnier

Le président de la fédération était-il au courant de l’affaire ?

Autre interrogation qui suscite l’intérêt, est-ce que des membres du conseil fédéral dont le président de la fédération étaient au courant des agissements de l’ancien DTN ? Comme nous vous le révélions hier matin, l’affaire était largement répandue dans les sphères juridiques, journalistiques et même pongistes. Nous avons également eu parfum des premières rumeurs il y a plusieurs mois… Le quotidien Le Parisien a publié un article le 24 février sans pour autant mentionné l’identité du prévenu. Le quotidien Le Courrier des Yvelines a quant à lui publié plusieurs articles le 14 juin dernier.

Comment l’affaire a pu sortir alors que l’instruction était toujours en cours ou venait à peine de se terminer ? Est-ce que le ministère des sports a pu être alerté le 2 février, jour de l’arrestation de l’ex-DTN ? Est-ce que le président de la fédération française de Tennis de Table a-t-il pu être au mis courant de la situation ? Dans le communiqué de presse envoyé aux membres du conseil fédéral, il a déclaré avoir été informé de la condamnation le samedi 1er juillet, jour de la démission du DTN. N’ayant pas d’inscription à son casier judiciaire, Pascal BERREST n’était pas dans l’obligation de prévenir le ministère tout comme le président de la fédération. Toutefois, le communiqué explique un président au courant de la condamnation. En revanche, est-ce qu’il aurait pu être au courant des faits dès le début de l’affaire ?  Nous avons essayé de le contacter samedi matin par email. Celui-ci a bien été réceptionné et lu mais nous n’avons pas encore reçu de réponse à ce jour.

Pascal Berrest | FFTT

Pascal Berrest | FFTT

Des alertes sur le comportement ?

Les articles du Parisien, Le courrier des Yvelines, L’Équipe ou même les nôtres sur Digiping ont largement dévoilé les coulisses de l’affaire. Néanmoins, comment Pascal BERREST a-t-il réussi à cacher pendant aussi longtemps son comportement ténébreux ? N’y avait-il pas des signes psychologiques inquiétants qui auraient pu alerter son entourage ? En mars 2015, le collectif des techniciens signataires avait alerté le ministère pour des problèmes relationnels avec Pascal BERREST. Le manque de liberté de s’exprimer, pressions pour retirer la signature de techniciens, éviction soudaine de l’ex-DTN adjoint Gilles CORBION et gestion génératrice de clivage étaient notamment reprochés à l’inspecteur principal de la jeunesse et des sports. Si ces faits remontent 11 mois avant le début du BerrestGATE, ils démontrent toutefois une certaine fébrilité dans la manière de communiquer du récent condamné.

Si il existe bien un expert pour déceler des troubles du comportement, il s’agit bien de Sébastien Boueilh, président de l’association Colosse aux pieds d’argile. Créée par l’ancien rugbyman en 2013, elle a notamment pour mission la prévention et la sensibilisation aux risques déviants notamment en milieux sportifs. Pascal BERREST s’était rapproché du fondateur pour envisager la signature d’une convention avec la fédération. Sébastien Boueilh était d’ailleurs intervenu il y a un peu plus d’un an à l’INSEP sur la demande de Pascal BERREST, pour effectuer une formation auprès d’entraîneurs nationaux. Contacté aujourd’hui, par nos soins, Sébastien Boueilh évoque un sixième sens et avoir douté du DTN : 

Moi je ne le savais pas mais quand on est victime comme je mets sur notre facebook, on développe un sixième sens et il y a des choses que l’on sent. J’avais senti quelque chose comme je sens les victimes et aussi les agresseurs.

La visite médicale du travail pour anticiper les incidents ?

Il existe pourtant des outils pour prévenir les accidents voire les anticiper. La visite médicale du travail. Dans le cas d’un agent de la fonction de la fonction publique, elle est obligatoire au début de sa carrière et est assurée par un médecin généraliste. Cet examen a ensuite lieu au moins tous les 5 ans. Si l’agent le demande, il peut bénéficier d’un examen médical tous les ans. Nous avons contacté un ancien DTN de la fédération française de Tennis de Table qui a confié n’avoir jamais passé quelconque examen. Son de cloche légèrement différent chez un autre DTN en fonction dans une autre fédération, il a passé une visite médicale mais qui ne s’apparentait pas à un examen poussé. Est-ce pour autant une obligation à prendre à la légère ? Dans l’état actuel des choses, la visite médicale du travail est incomplète tant par sa régularité que son contenu qui n’explorent pas les aspects psychologiques du patient. Toutefois, un contrôle pourrait prévenir d’incidents futurs..

Quel avenir pour le tennis de table français ?

Quel avenir pour le tennis de table français ?

Quel avenir pour le tennis de table français ?

Dernière interrogation légitime. Comment le tennis de table français va traverser cette crise d’envergure ? La fédération a apporté aujourd’hui un élément de réponse en nommant Bernard BOUSIGUE (actuel DTN adjoint) à l’intérim de la direction technique nationale. Le président a également informé dans le communiqué datant du 1er juillet qu’un nouveau DTN serait prochainement désigné.

Ce n’est pas la première crise que traverse la FFTT mais jamais aucune n’avait autant écorné sa réputation. En attendant, à l’image du communiqué de presse publié aujourd’hui sur son site officiel et l’absence de communication sur les réseaux sociaux depuis le 29 juin, la fédération devrait selon toute vraisemblance rester discrète et panser ses plaies en famille. À moins que d’autres révélations viennent relancer les débats…

DONIC Homepage Fixed Second – 1250 x 583
DONIC Homepage Fixed – 1250 x 583

Le deal du moment :

5% de remise
Chaussures MIZUNO WAVE DRIVE 6 [-5%]
Assure la meilleure performance pour les joueurs de tennis de table. Absorption parfaite par l'impact du Wave système.
Voir le deal
0 Partages
Partagez
Tweetez