BerrestGATE : Le témoignage édifiant du directeur de la piscine

3 juillet 2017

Comme nous vous le révélions tôt ce matin, Pascal BERREST a démissionné de son poste de directeur technique national auprès de la fédération française de Tennis de Table. Si le président de l’instance fédérale, Christian PALIERNE, n’a pas encore communiqué sur le site officiel de la FFTT, il a toutefois livré ses premières réactions au quotidien L’Équipe. En début de soirée, nous avons également dévoilé la chronologie de du #BerrestGATE qui éclabousse aujourd’hui le PING Français.

Témoignage du directeur de la piscine de Montbauron

La Piscine de Montbauron où se sont déroulées faits | www.vert-marine.com

La Piscine de Montbauron où se sont déroulés faits | www.vert-marine.com

Nous avons débuté notre enquête il y a plusieurs mois et étions bien évidemment au courant des évènements survenus à la piscine. Nous avons toutefois préféré prendre notre temps pour regrouper, investiguer, classer, étayer et vérifier les informations avant de tout dévoiler. Notre enquête nous a notamment conduit du côté de la piscine de Montbauron où se sont déroulés les faits. Nous avons eu l’opportunité d’interroger par téléphone son directeur qui a accepté de témoigner en toute transparence. Une interview édifiante que nous vous proposons de découvrir ci-dessous :

Bonjour Mr Albin Mathias. Vous êtes le directeur de la piscine de Montbauron. Elle a fait parler d’elle en février dernier dans les colonnes du parisien et il y a quelques semaines dans celles du courrier des Yvelines. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?
Bonjour. Je suis au courant pour l’article du parisien mais pas pour celui du courrier des Yvelines. L’article du parisien datant du 23 février a révélé qu’un individu âgé de 50 ans avait été arrêté par les policiers du commissariat de Versailles. Cet individu âgé de la cinquantaine avait sévi au sein de la piscine en filmant à leur insu plusieurs de nos usagers. 

Les articles ont mentionné un fonctionnaire âgé d’environ 50 ans. Le courrier des Yvelines à même mentionné son prénom qui est Pascal. Selon nos informations, il s’agirait de Pascal Berrest. Pouvez-vous le confirmer ?
Oui, je le confirme. Je n’ai aucun problème avec cela, il s’agit de Pascal Berrest. Son nom était renseigné dans nos dossiers.

Savez-vous qui est Pascal Berrest ? 
Sur le coup je ne savais pas mais en effectuant des recherches pour les besoins de l’enquête, j’ai appris qu’il était directeur technique national de la fédération française de tennis de table. J’ai retrouvé sa photo sur google et le site de la fédération. Son visage était identique aux photos de nos caméras de vidéo surveillance. C’est d’ailleurs à partir de cet instant que l’enquête a pu avancer plus vite.

Pouvez-vous nous expliquer ce qui s’est passé ?
L’affaire remonte à début 2016. Plusieurs clientes de la piscine sont venues se plaindre d’une personne qui filmait dans les vestiaires. Nous prenons très au sérieux toutes les demandes et vous imaginez bien encore plus celles de cette nature. Toutefois, cela a été très difficile de retrouver le voyeur. Pour vous donner un ordre d’idée, la piscine de Montbauron accueille près de 400000 visites par an. Dans ce genre de cas c’est chercher une aiguille au milieu d’une botte de foin. Cela peut être tout le monde ! Des gamins qui se provoquent et s’amusent à se filmer sans comprendre la dangerosité des faits aux encadrants, aux parents, aux passants, cela pouvait être tout le monde et on n’avait aucune idée profil exact de l’individu.

La Piscine de Montbauron où se sont déroulées faits | www.vert-marine.com

La Piscine de Montbauron où se sont déroulés faits | www.vert-marine.com

Quels moyens la piscine possède-t-elle pour assurer la sécurité ?
Tout d’abord, nous sommes équipés d’un système de vidéo surveillance qui enregistre jusqu’à 30 jours comme l’exige la loi. Nous sommes également équipés d’un système de badge qui permet de tracer les entrées de tous les usagers. Contrairement à la video surveillance, nous pouvons remonter plus loin dans le temps avec les badges. Nous avons également le contrôle humain mais compte tenu du volume d’usagers dans une journée, il est très difficile de contrôler tout le monde

Comment Pascal BERREST a été suspecté ?
Comme je vous l’expliquais, de nombreuses personnes sont venues se plaindre et a plusieurs reprises j’ai du effectuer des recherches sur les enregistrements vidéos. Cela m’est arrivé d’effectuer ces recherches même avec des familles en état de choc. Ce n’est vraiment pas agréable. Il faut savoir que j’ai réalisé une grande partie des investigations ce qui a permis à la police d’agir le plus rapidement possible. Grâce au système de badge, la vidéo surveillance et les plaintes des clients, j’ai pu affiner les recherches. À partir de là, j’ai pu identifier Pascal Berrest et la police a ensuite effectué son travail d’investigation et d’interpellation. D’ailleurs, même pour eux cela ne fût pas simple.

C’est à dire ?
Pascal BERREST a quelque part réussi à déjouer le système de sécurité de la piscine. Là où généralement on prolonge l’accès de son badge, il s’en refaisait faire un nouveau a chaque fois. Cela a d’autant plus compliqué l’investigation. Fait étrange, il a toujours donné son nom et son prénom mais toujours avec une fausse adresse. C’est aussi pour cela que la police a eu du mal à le retrouver et pour nous, cela a été un vrai casse tête pour comprendre le mécanisme. Il avait tout calculé d’avance, c’est certain. 

L’article du courrier des Yvelines parle d’un vidéaste amateur qui était capable de rester des heures à la piscine. Etait-ce-bien le cas ?
Absolument. Selon la vidéo surveillance et les donnés des badges je peux vous garantir que c’est même bien plus que cela. Ce monsieur venait très régulièrement à la piscine et parfois deux fois dans la journée. Le jour ou il restait le plus longtemps était le mercredi. je me souviens d’avoir comptabilisé sur une semaine jusqu’a 10 passages . Et chacun d’entre eux pouvait durer jusqu’à 3 heures.

Le courrier des Yvelines évoque des signalements de femmes âgées entre 20 et 50 ans. Pourtant, ce même article parle d’une fillette de 9 ans qui a alerté la police. N’y-a-t-il pas là une contradiction ?
Je ne pense pas. Il faut savoir que la police a retrouvé plus de 300 vidéos sur son téléphone portable. Il n’a pas utilisé ces vidéos pour les publier sur internet mais pour son utilisation personnelle. Je peux vous garantir qu’il y a des plaintes de personnes majeures mais aussi des signalements de mineurs accompagnées de leurs parents ou d’élèves d’établissements secondaires. Des usagers sont encore aujourd’hui choqués par ce qui est arrivé.

La Piscine de Montbauron où se sont déroulées faits | www.vert-marine.com

La Piscine de Montbauron où se sont déroulés faits | www.vert-marine.com

L’article du courrier des Yvelines parle d’agissements qui ont débuté en janvier 2016. Pascal BERREST a été interpellé le 2 février, déféré au parquet le 24 du même mois puis jugé le 8 juin dernier. Pensez-vous que l’affaire a pris trop de temps ?
Évidemment mais comme je vous le disais, c’était complexe de le retrouver. On a même pensé à mettre une affiche dans la piscine pour prévenir les usagers mais on s’est finalement ravisé en pensant justement que ça pourrait le faire fuir. La police tenait absolument a ce que ce Monsieur soit arrêté. C’est désormais un soulagement de le savoir identifié et arrêté. Nous avons cherché à protéger nos clients en priorité.

Lors du jugement du 8 juin dernier, Pascal Berrest a été condamné a 6 mois de prison avec sursis avec obligation de se soigner. La juge avait requis comme peine au départ 8 mois avec les soins. La condamnation de niveau B2 ne sera également pas inscrite dans son casier judiciaire pour lui permettre de continuer à exercer. Ne trouvez-vous pas la sanction plutôt clémente ?
Je n’étais pas au courant de la sanction, je l’apprends maintenant. Imaginez, ce monsieur est condamné pour des faits lourds et il peut continuer à venir à la piscine de Montbauron ou même dans une autre comme si de rien n’était ! Je trouve cela très inquiétant. D’autant que je ne pourrais pas lui refuser l’accès car cela pourrait être considéré comme un refus de vente. C’est interdit par la loi.

Pourquoi avoir accepté de témoigner ?
Tout d’abord parce-que c’est nécessaire et je n’ai rien à cacher. Nous sommes victimes dans cette affaire. Malheureusement, c’est arrivé à la piscine de Montbauron comme ça aurait pu l’être ailleurs. Je suis ravi que cette affaire aie été résolue. Vous êtes aussi la première personne a me contacter au sujet de cette affaire. Je tenais également à ajouter des précisions à l’article du parisien pour lequel je n’avais pas été contacté.

Merci Mr Albin Mathias
Merci.

Nota : Cette interview a été réalisée en juin 2017.

Sur le même sujet :

DONIC Homepage Fixed Second – 1250 x 583
DONIC Homepage Fixed – 1250 x 583

Le deal du moment :

5% de remise
Boite de 120 balles XUSHAOFA 40+ Premium [-5%]
Les balles plastiques d'entrainement XUSHAOFA 1* Premium offrent une qualité de tous les instants aux pongistes. Boite de 120 balles 40+ PREMIUM XUSHAOFA
Voir le deal
82 Partages
Partagez82
Tweetez