#BERRESTGATE : Les détails du jugement correctionnel de Pascal BERREST

27 septembre 2017
5523 Views

L’affaire surnommée le #BERRESTGATE a ébranlé le monde du tennis de table français début juillet. L’ex-directeur technique national a été condamné le 8 juin par le tribunal correctionnel de Versailles à une peine de 6 mois de prison avec sursis pour atteinte à la vie privée par enregistrement. 

Pascal BERREST placé sous contrôle judiciaire à partir du 24 février 2017 

Pascal BERREST | FFTT

Pascal BERREST | FFTT

Il avait filmé pendant plus d’une année, des clients de la piscine de Montbauron de Versailles en train de sa changer dans les cabines. La police a d’ailleurs retrouvé chez le condamné plusieurs centaines de vidéos. Si nous avions largement détaillé le déroulement l’affaire dans nos colonnes avec notamment le témoignage exclusif du directeur de la piscine, le #BERRESTGATE n’avait pas encore révélé toutes ses surprises. Nous nous sommes procurés l’extrait du jugement correctionnel qui était jusque-là connu des personnes qui avaient assisté à l’audience. De nouveaux éléments viennent compléter l’affaire. Nous vous proposons de découvrir une synthèse ci-dessous :

Pascal BERREST absent lors de la première comparution au tribunal 

Pascal BERREST a été déféré au parquet et placé sous contrôle judiciaire le 24 février 2017. L’extrait du jugement dévoile également les « véritables » chef d’accusation retenues contre l’ex DTN de la fédération française de Tennis de Table. Pascal BERREST a été condamné pour « Atteinte à l’intimité de la vie privée par fixation, enregistrement ou transmission de l’image d’une personne ». Les faits ont été commis courant janvier 2016 jusqu’au 22 février 2017 à Versailles toujours selon le jugement correctionnel.

Pascal BERREST | NR

Pascal BERREST | NR

L’ex-DTN de la FFTT a été déféré le 24 février 2017 devant le procureur de la république qui après lecture du procès verbal l’a convoqué pour une comparution devant la 6ème chambre correctionnelle du tribunal correctionnel de Versailles en date d’audience du 23 mai 2017.

Nous apprenons également que Pascal BERREST ne s’est pas présenté à cette audience pour raison de santé. L’avocat de l’ex-DTN a demandé le report de l’audience qui a été décalée au 8 juin 2017 à 14h00 toujours devant la 6ème chambre correctionnelle du tribunal correctionnel de Versailles.

6 victimes se sont constituées partie civile

Si tous ces évènements avaient été partiellement relayés, l’extrait du jugement correctionnel nous permet d’en savoir plus sur les victimes. Albin Mathias, directeur de la piscine de Montbauron à Versailles nous avait confié en juillet dernier :

« La police a retrouvé plus de 300 vidéos sur son téléphone portable. Il n’a pas utilisé ces vidéos pour les publier sur internet mais pour son utilisation personnelle. Je peux vous garantir qu’il y a des plaintes de personnes majeures mais aussi des signalements de mineurs accompagnées de leurs parents ou d’élèves d’établissements secondaires. »

Un témoignage édifiant qui se confirme d’autant plus avec les nouvelles informations extraites du jugement correctionnel. Celui-ci évoque 11 victimes identifiées sur les vidéos sans compter les nombreuses autres encore non-identifiées. 10 d’entres elles sont de sexe féminin pour un masculin.

Pascal Berrest | FFTT

Pascal BERREST | FFTT

Une mineure et sa mère partie civile 

6 personnes se sont portées parties civiles dont une mineure représentée par sa mère. Les 5 autres personnes étaient absentes le jour du procès.

Nous apprenons également que Pascal BERREST a fait face aux victimes et a souhaité répondre aux questions qui lui ont été posées. 

Concernant la peine prononcée par le tribunal, nous savions à peu près tout hormis quelques points de détails. Pascal BERREST  a été condamné à 6 mois d’emprisonnement avec sursis doublé d’une mise à l’épreuve de deux ans. Le tribunal a ordonné la confiscation des scellés. L’ex-DTN doit également se soumettre à des mesures d’examen, de contrôle, de traitement ou de soins médicaux même sous le régime de l’hospitalisation. Il est également dans l’obligation de réparer les dommages causés par l’infraction. Enfin, le tribunal a suivi la requête du condamné en n’inscrivant pas la décision de justice au bulletin n°2 de son casier judiciaire.

L'ex-DTN Pascal BERREST à l'INSEP

L’ex-DTN Pascal BERREST à l’INSEP

L’indemnisation financière aux victimes

Comme énoncé ci-dessus, Pascal BERREST est dans l’obligation de réparer les dommages causés par l’infraction, entendons par là, indemniser financièrement les victimes. Si certaines ont demandé l’euro symbolique avec la condamnation assortie comme dédommagement, d’autres victimes ont demandé  de 500€ à 3000€. Les montants se partageant entre la réparation pour le préjudice moral subi et au titre de l’article 475-1 du code de procédure pénal. La totalité de la somme demandée par les parties civiles s’élève à 6002€. Elles ont obtenu de la part du tribunal un montant global de 2502€. Enfin, Pascal BERREST a été condamné à verser un droit fixe de procédure de 127€. Ce montant pourrait être réduit de 20% si le condamné paie dans un délai d’un mois à compter de la date où il a eu connaissance du jugement.

DONIC Homepage Fixed Second – 1250 x 583
DONIC Homepage Fixed – 1250 x 583

Le deal du moment :

35% de remise
Cornilleau Sport 100 loisirs [-35%]
La SPORT 100 permet d’effectuer ses premiers pas autour de la table, non agrée FFTT.
Voir le deal
33 Partages
Partagez33
Tweetez